Les Particules
RECHERCHER

You Me Our Love and the Electronic Guy (YMOLEG)

SUR INTERNET ON SE RACONTE PLUS QU’ON NE SE RENCONTRE (Pascal Lardellier, Les Réseaux du Cœur).

idée originale, écriture et mise en scène Raphaël Gouisset
ingénieur réseau Maxime Douliba
jeu Charlotte MicheIin, Loïc Rescaniere et Aurélien Serre
création lumières Arianna Thöni
regard extérieur Marie Rouge
régies Arianna Thöni et Cédric Chaumeron
Partenaires : Région Rhône-Alpes via le fond [SCAN], Ville de Villeurbanne, La Fabrique de Théâtre (La Bouverie, Belgique), Le Lieu Multiple – Espace Mendès France (Poitiers), l’INSA (Lyon), le CCO (Villeurbanne), Le Lavoir Public (Lyon), la MJC Bonneterre (Villeurbanne).
Création 2016 / Durée 55 min x 2 / À partir de 16 ans
+ d’infos et dossier ici / Captation complète sur demande

You Me Our Love and the Electronic Guy (YMOLEG) plonge le théâtre au cœur de la téléprésence. Les comédiens échangent entre eux via le net (réseaux sociaux, webcam, etc) et jouent dans trois espaces en simultané, devant deux publics physiques distincts et séparés.
C’est un projet sur la correspondance, la rencontre virtuelle, l’exhibitionnisme et le voyeurisme, la solitude et notre utilisation d’Internet comme machine à créer du fantasme.

Nous sommes le soir ou le jour, quelque part sur Internet, et l’Homme Électronique affirme « le virtuel n’est pas un réel diminué mais un réel augmenté »… La suite pourrait être une sorte de documentaire animalier numérique sur thibault_carnage et alice.panda.69.
Ici, l’Homme Électronique est l’incarnation d’Internet, un multi-dieu solitaire auquel nous livrons nos « datas » en fermant les yeux ; comme si l’hostie était remplacée par un cookie virtuel. Il est à la fois le réseau qui nous augmente et nous sublime et celui qui nous piège et nous espionne.
Atteints de bovarysme 2.0., thibault_carnage et alice.panda.69 s’exhibent devant le miroir d’Internet. Fantasmes, mensonges, vérité, quelles différences ici ?. Internet est un révélateur des âmes et ici c’est l’Homme Électronique qui est le psy.

Avec YMOLEG Raphaël Gouisset expérimente une confrontation entre Internet et art vivant dans une pièce où la technologie fonctionne comme une loupe pour scruter l’âme humaine et où l’écriture, les comédiens et la mise en scène se trouvent augmentés par les possibilités du web.